A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Production Après le concours de «Chansons sur l’eau et l’environnement» : Ngaari Laaw annonce la sortie prochaine de Niyam

Le chanteur pulaar, Ngaari Laaw, promet avec sa structure  de produire un album collectif de mille exemplaires dénommé Niyam, (l’eau en pulaar), regroupant les cinq lauréats du concours «Chansons sur l’eau et l’environnement». Devant  être dis­ponible au mois d’avril sur le marché, cette production, à laquelle le chanteur-compositeur compte participer, ne sera bouclée qu’après l’arrivée effective au Sénégal  d’un des lauréats, Mohamed Ag Ambery, un Malien d’origine touareg  qui se trouve actuellement dans un camp de refugié au Mali, à cause de la guerre.

En conférence de presse la semaine dernière chez lui à Guédiawaye, Ngaari Laaw a informé que les cinq  lauréats avaient été désignés à l’issue de la première édition du concours «Chansons sur l’eau et l’environnement» qu’il a organisé en Mauri­tanie  les 3, 10 et 17 janvier dernier, en partenariat avec l’Organi­sa­tion pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs) et la fondation hol­landaise Doen qui veut dire «faire».
Sur 75 participants en provenance des 4 pays de l’Omvs, 12 candidats demi-finalistes avaient été d’abord retenus avant la phase finale qui a vu la sélection des cinq lauréats qui vont réaliser cette production. Ce sont le  groupe hip-hop mauritanien dé­nommée Enemy Fenandé dont le lead-vocal est Alioune Lô (il a eu une enveloppe de 350 mille francs Cfa), son compatriote,  Saïdou Mamadou Konté, venu en deuxième position avec son groupe hip-hop baptisé Sk (Ils ont obtenu 300 mille francs), Etrane de Tombouctou, un groupe tradi-moderne malien dont le chanteur est Mohamed Ag Am­bery, arrivé en troisième position (avec une récompense de 250 mille francs), le groupe hip-hop Chb de la Mauritanie dont le  chanteur Cheibani Mous­ta­pha Bouvreir a empoché 200 mille francs après avoir fini à la quatrième place,  et enfin Yérou Ngoula Ndia­ye,  qui joue dans un style traditionnel et qui est reparti avec 150 mille francs Cfa. Ce dernier, un artiste sénégalais jouera sa partition dans la production Niyam. «C’est de Mar­seille, lors de la production de mon premier album Ngo Mbayo (cette mer en pulaar), que m’est venue l’idée de mettre en place ce concours. Ce dernier vise à sensibiliser sur l’accès à l’eau, les maladies hydriques, l’eau et l’environnement…», a indiqué Ngaari Laaw.
Evoquant l’absence de la Guinée à ce concours, l’organisateur explique que cela est dû à l’éloignement de ce pays et sur le fait qu’il n’y avait pas de prise en charge prévue pour les concurrents lors de la compétition. La crise malienne et le fait que le Sénégal soit très actif dans les rendez-vous culturels justifient également que la Mauritanie avait été choisie pour abriter cette première édition du concours «Chansons sur l’eau et l’environnement» que Ngaari Laaw souhaite «pérenne».

Écrit par Amadou Mbodji lequotidien.sn – lundi 11 mars 2013 11:02

Comments are closed.